Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Manger moins de sucre et mieux vivre

Manger moins de sucre et mieux vivre

Retour
2 nourriture saine

Notre interlocutrice est Anne Villeroy Lammar, naturopathe, conseillère en hygiène de vie et réflexologue plantaire. C’est à travers ce prisme que nous allons étudier la problématique du sucre tel que nous le consommons aujourd’hui.

Attention, on lit souvent que le sucre est notre carburant, que notre corps en a besoin… Certes, ce n’est pas faux mais de quel sucre avons-nous réellement besoin et surtout sous quelle forme est-il judicieux de le prendre ?

Selon l’OMS 

Selon l’OMS il y a actuellement plus de 2,8 millions de personnes qui meurent des conséquences du surpoids et de l’obésité (les enfants en font partie). Plus de 41 millions d’enfants de moins de 5 ans sont en surpoids dans le monde. L’obésité est le résultat d’un déséquilibre entre les calories consommées et les calories dépensées. Limiter notre consommation de sucre est ici capital.

L’OMS préconise de limiter la consommation de sucres libres à 5% des apports énergétiques quotidiens, c’està-dire 25g de sucre par jour par personne (= 6 cuillères à café). Malheureusement on en consomme en général quatre fois plus et même parfois 6 fois plus chez les 3-6 ans. Des quantités rapidement atteintes si on aime le soda, le pain blanc, les biscuits, les plats préparés…

Le trépied de la santé

La naturopathie s’appuie sur le trépied de la santé. C’està-dire chercher l’équilibre par le mouvement, l’équilibre émotionnel et l’équilibre alimentaire. Il faut avouer que ce trépied est la plupart du temps malmené et que souvent le déséquilibre d’un seul axe peut perturber tout le reste.

Ainsi on peut retrouver une personne sédentaire, stressée dans son travail qui risque de compenser par de la nourriture. Et la plupart du temps, on se tourne vers le sucre et on va grignoter, se tourner vers la malbouffe (préparations toutes faites car on manque de temps, boissons sucrées). 

Notre mode de vie a radicalement changé en très peu de temps et le corps n’a pas vraiment eu le temps de s’habituer. 

La consommation de sucre a flambé en un siècle. En 1900 on consommait entre 2,5 et 3kg de sucre par an/personne.  Aujourd’hui on consomme environ 35kg de sucre par an/personne (dont 25kg sous forme de sucre raffiné: celui qui fait le plus de mal).

Où trouve t-on du sucre ? 

Le problème est que la plupart des sucres que l’on consomme sont dissimulés dans des aliments transformés et qui, théoriquement ne devraient pas en contenir! 70% du sucre absorbé chaque jour est pris sans que nous en ayons conscience. Le sucre nuit à notre santé s’il est consommé en excès. Le supprimer n’est pas une solution non plus… Il faut donc tenter de supprimer les sucres inutiles pour rester en forme et continuer tout de même à se faire plaisir. Manger moins de sucre et mieux vivre Notre interlocutrice est Anne Villeroy Lammar, naturopathe, conseillère en hygiène de vie et réflexologue plantaire. C’est à travers ce prisme que nous allons étudier la problématique du sucre tel que nous le consommons aujourd’hui. 

 Le sucre est un conservateur, un exhausteur de goût, il rend les produits plus doux (rend addict) donc les industriels ont la fâcheuse tendance à en mettre partout !

Selon Anne, un des seuls sucres libres qui devrait être utilisé est le sucre Rapadura (ou encore le Muscovado). C’est le jus de la canne à sucre déshydraté qui n’a subi aucune transformation ni raffinage. On le trouve en magasin Bio: il est non seulement riche en vitamines et minéraux mais il protège également les dents des caries… amusant non ? Le sucre de coco est très bon également avec un Index glycémique plus faible et plus facile à utiliser dans les pâtisseries maison.

Index glycémique 

Il est plus important de parler d’index glycémique que de sucre rapide ou de sucre lent. L’index glycémique (ou IG), donne une indication sur la capacité d’un aliment à augmenter la glycémie, c’est-àdire la concentration de  glucose  dans le sang. L’index glycémique d’un aliment se mesure par rapport à celui du glucose qui est de 100. Un index glycémique de 80 signifie que l’augmentation de la glycémie avec cet aliment correspond à 80% de celle obtenue avec du glucose. L’IG dépend de l’aliment mais aussi du mode de cuisson, de la préparation de ces derniers. Ex: La pomme de terre passe d’un IG de 65 cuite à l’eau ou à la vapeur dans sa peau à un IG de 75 à 95 si elle est cuite au four ou en frites, sautée ou en purée. Cela devient pratiquement du sucre. La PDT devrait être mangée al dente, un peu comme toutes les céréales. Quand les aliments sont trop cuits, l’IG s’élève. La règle de base est de manger les aliments les moins transformés possibles, les moins cuits possibles. 

Les personnes qui consomment trop d’aliments à IG élevé risquent à terme de souffrir d’obésité, d’hypertension,  de diabète de type 2, de syndrome métabolique avec une prise de masse surtout au niveau abdominal. 

Index glycémique: 

  • Bas: en dessous de 55. 
  •  Modéré: de 55 à 70. 
  •  Elevé: au-dessus de 70. 
Quelques conseils 

  • Préférer un fruit à un jus de fruit. Le jus de fruit est du sucre pur qui passe directement dans le sang avec tous les inconvénients qui en découlent. 
  • Toujours préférer les aliments les moins transformés. 
  • Préférer les pains, pâtes et riz complets. Les céréales complètes sont à privilégier (plutôt que les céréales raffinées) en cuisson al dente. 
  • Toujours préférer les fruits ou légumes crus si votre intestin le permet.
Quelques exemples criants 
  • 1 baguette de pain blanc = 25 c.à.c de sucre 
  • 1 cuillère à soupe de ketchup = 1 c.à.c de sucre 
  • 1 soda = 10 c.à.c de sucre (40 grammes)… 
La plupart des sucres consommés aujourd’hui sont «dissimulés» dans des aliments transformés qui ne sont généralement pas considérés comme sucrés. Il faut aller vers une alimentation la plus simple possible, il faut CUISINER.

Cet article a été réalisé par

Vous l'avez aimé ? Rendez-vous sur leur site !


Article réalisé par Letz be healthy
Voir plus d'articles